logo-cbp

Christophe Berliocchi

Food

slide-1-les-ours-blancs

Les Baigneuses : le roof top de Biarritz

Les Baigneuses, bar restaurant refait à neuf (ex-Caritz) qui domine le Port Vieux, c’est le roof top de Biarritz ! Et même de toute la Côte basque, sans hésitation. Du haut de la terrasse, sous l’ombre protectrice de la villa des Goélands, le panorama est magique, de la villa Belza au rocher de la Vierge. La vue magique, à 360°, la vraie carte postale de la station balnéaire. L’endroit en jette avec sa décoration balnéaire, type Cap Ferret dans la salle intérieure, ses deux immenses terrasses en deck, son bar à champagne sur le roof top, ses bains de soleil et son… terrain de pétanque !

 

Lorsqu’ils ont repris le Caritz, Josiane Vidal et ses deux enfants, Franck et Sabine, qui s’étaient fait la main auparavant au Ventilo, un peu plus haut rue Mazagran, et leur associé Benjamin, avaient de grandes ambitions. Qu’ils sont en train d’assouvir en regagnant une belle clientèle locale et en séduisant les estivants, attirés par le cadre et la nouvelle carte, plus world, fusion, du restaurant. « Nous avons fait confiance au second, Florian Born, qui est devenu chef et propose une carte plus en adéquation avec nos goûts et ceux de nos clients« , explique Sabine.

 

Le jeune chef de 29 ans est à l’écoute et au gré de ses voyages, et des conseils des patrons, a concocté une carte qui a de l’allure : les must have brasserie basque sont toujours là, avec les fruits de mer et planches à partager, les chipirons et autres couteaux à la plancha en entrée, avec en plus des entrées dans l’air du temps (que l’on a testé ce midi) et les fameux bowls : poke bowl végétarien, au poulet ou au poisson du moment. Les viandes et poissons sont également cuisinés avec cet esprit world, d’infusion coréenne, ici une sauce (tamarin) pour accompagner le merlan, là un tataki de thon ou un curry de poulet à l’indienne au yaourt grec. C’est osé, mais ces plats ont leur place dans ce cadre à la fois chic et bohème, cool et décontracté.

 

D’entrée, avec le surfeur à genoux Jérôme B., on attaque avec le céviche de daurade au lait de tigre (gingembre, ail et citron vert), oignons rouges, patate douce, persil et coriandre pour moi, le chirashi de filet de boeuf, avocat, gingembre confit, wasabi et riz thaï pour lui. On partage, on tiape. Top, bon, frais, croquant. Seul petit bémol, le riz avec le chirashi, un peu trop ferme et imposant. « Le chef prend en compte toutes les remarques et celle-ci est la bienvenue« , confie Sabine en nous débarrassant. La suite est du même tonneau, avec le tataki de thon au sésame brun, marinade sucrée salée à la citronnelle, etc. (23€) et la daurade royale, entière et grillée (22€). Les légumes sont travaillés, le riz est en place, c’est copieux. En dessert, on tente Notre gâteau basque deux en un en trois textures (le croustillant, le mousseux et le liquide) servi dans… un grand verre ! On est loin du gâteau basque servi à Cambo mais c’est vraiment pas mal (10€), original comme le spot et la nouvelle carte du chef.

 

Au final, en se faisant plaisir, le ticket moyen d’un repas complet s’élève entre 35 et 50 euros, ce qui, compte tenu de l’endroit, du cadre, du service (très stylé sans être maniéré) et des produits proposés dans une station balnéaire comme Biarritz est d’un bon rapport qualité-prix. Surtout que le repas peut se poursuivre par un digestif sur un fauteuil du roof top au son d’une musique lounge pour apprécier l’un des plus beaux sunsets de la Côte basque. Il est même permis, et conseillé de taquiner le bouchon si on sait pointer ou tirer, oh Escartefigue ! Les Baigneuses ont tapé dans le mille et, fort de ses 35 salariés, devrait assurer une magnifique saison d’été. Tout est en place !

 

Les Baigneuses, bar restaurant hôtel, 14, rue du Port Vieux à Biarritz. Tél. 05 59 24 41 84.

Menu CBP